Découvrir

La Gestion Différenciée

C'est quoi ?

Concept ayant émergé dans les années 90, la gestion différenciée a été définie de nombreuses façons. Mais toutes les définitions s’accordent sur le fait qu’il s’agit d’un mode de gestion plus respectueux de l’environnement, écologique, en alternative à la gestion horticole intensive et qui s'adapte à l'usage des lieux.

"Entretenir autant que nécessaire
mais aussi peu que possible"

En savoir +

Le concept de la gestion différenciée ou également appelé gestion harmonique, raisonnée, durable, etc. a émergé dans les années 1990.

Si l’on se réfère aux définitions du dictionnaire :

  • Gestion : action de gouverner, d’administrer
  • Différenciée : qui établit des distinctions en raison des fonctions que les espaces ont à remplir

Définition générale :
"La Gestion Différenciée fait évoluer le modèle horticole standard en intégrant à la gestion des espaces verts la dimension écologique. Elle permet de gérer au mieux le patrimoine vert d’une ville avec des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains. Elle crée de nouveaux types d’espaces plus libres correspondant à une utilisation contemporaine aux fonctions plus variées".
Définition de la Mission Gestion Différenciée

La définition d’une collectivité :
" La Gestion Différenciée, c’est la contribution du jardinier au Développement Durable"
Ville de Grande-Synthe

La gestion différenciée assure ainsi un équilibre entre : accueil du public / développement de la biodiversité / préservation des ressources naturelles.
Ses objectifs sont simples :

  • Enrichir nos villes d’une biodiversité locale riche (flore et faune régionales)
  • Limiter les impacts négatifs sur notre un environnement déjà malmené
  • Créer un cadre de vie agréable et des paysages diversifiés






Les techniques

image-map-labels
image-map-shapes

Trouvé !

logo-agence-de-eau-artois-picardie.jpg







Comment se lancer ?

Il n’existe pas une méthode de mise en place de la gestion différenciée mais différentes stratégies qui devront être adaptées à l’identité de vos espaces.
Cette rubrique vous propose quelques conseils pour la réussite de votre projet.

L’association Nord Nature Chico Mendès peut vous accompagner dans toutes les étapes de la mise en place de la gestion différenciée. N’hésitez pas à nous contacter.

Pour en savoir plus sur Nord Nature Chico Mendès : www.nn-chicomendes.org et biodiversite-npdc.org

1 - Oser se lancer

La mise en place de la gestion différenciée n’est pas réservée à quelques privilégiés, spécialistes de l’écologie. Il ne faut pas avoir peur d’amorcer les choses de manière simple. Nul n’a besoin d’être spécialiste pour constater la vie grouillante qui anime une prairie fleurie.

Se lancer dans la gestion différenciée peut se faire de manière simple. La gestion différenciée entraîne de profonds changements dans la perception de l’espace vert. Il est important, dans un premier temps que les élus et techniciens s’approprient cette nouvelle vision de l’espace.
Pour enclencher le processus, une réflexion doit être menée et la commune doit se faire accompagner (faire appel à un écologue, se former aux techniques alternatives, …).
Beaucoup de communes (ex : Lille, Grande Synthe, Wormhout, Mons, Le Cateau Cambrésis…) ont débuté la gestion différenciée sur un site de leur ville. Cela peut être très humblement une petite parcelle engazonnée que l’on transforme en prairie, un massif que l’on sème de fleurs sauvages, un grand parc urbain… Le site pilote permet à chacun (habitants, jardiniers et élus) d’amorcer progressivement les changements.
Il sera ensuite possible d’intégrer cette démarche sur l’ensemble du territoire et pourquoi ne pas encourager les communes voisines à suivre la même philosophie.

2 - Communiquer

C’est une étape essentielle qui doit intervenir dès les premières interventions visibles voire en amont de certaines actions. Les habitants, les jardiniers, les élus doivent être informés afin de ne pas être dans l’incompréhension. L’explication de la démarche est primordiale.

C’est une étape essentielle qui doit intervenir dès les premières interventions visibles voire en amont de certaines actions (concertation). Les habitants, les jardiniers et les élus doivent être informés afin de ne pas être dans l’incompréhension. L’explication de la démarche est primordiale. La gestion différenciée devient alors un formidable vecteur de lien social. Toute la collectivité œuvre dans le même sens : pour un cadre de vie plus agréable et une nature retrouvée.
Les outils de communication sont nombreux et peuvent être très simples et peu coûteux. Un petit panneau sur le site, un article dans le bulletin municipal, une exposition dans le hall de la mairie…. Les occasions sont nombreuses et les événements multiples autour de l’environnement : semaine du développement durable, semaine sans pesticide, fête de la nature...

La Mission Gestion Différenciée propose de nombreux outils vous permettant de communiquer sur la GD.

3 - Réaliser un plan de gestion

C’est un exercice indispensable qui permet de poser à plat les différents enjeux : le cadre de vie, l’environnement, les liaisons entre les espaces, les contraintes économiques, techniques et fonctionnelles, les attentes et les usages des habitants.

Le plan de gestion est un exercice indispensable qui permet de poser à plat les différents enjeux : le cadre de vie, l’environnement, les liaisons entre les espaces, les contraintes économiques, techniques et fonctionnelles, les attentes et les usages des habitants.
L’objectif de ce plan de gestion n’est pas de finir dans le fond d’un placard, mais doit servir à accompagner les actions quotidiennes et les orientations futures en termes de gestion dans les collectivités. C’est un outil de concertation sur lequel chacun peut s’exprimer et compléter l’ouvrage de ses remarques.

Le plan de gestion est composé de :

    Un état initial : cette étape est primordiale car elle permet de prendre le temps de réfléchir à l’identité du territoire mais également de faire l’état des lieux des moyens actuels et futurs, des volontés et envies de chacun.
    Quels sont les atouts du territoire ? ses faiblesses ? ses potentialités ?
    Quels sont les moyens matériels, humains ?
    Quel type de gestion est actuellement mené ?
    Des objectifs de gestion : les objectifs sont liés au bilan tiré de l’état initial. L’objectif global de la gestion différenciée est de favoriser la biodiversité tout en respectant les contraintes liées à la présence de l’homme.
    Quels sont les points positifs à  préserver ?
    Quels sont les points négatifs à  supprimer ?
    Quelles sont les potentialités à développer ?
    Un plan d’actions : une fois les objectifs fixés, le plan d’actions va poser les préconisations de gestion et les actions qui pourront être mises en œuvre.
    Quel aménagement et/ou quel entretien pour quel site ?
    Il est très important d’organiser ces actions selon un zonage et de les planifier pour optimiser la gestion et l’entretien des espaces. Il est possible d’utiliser une classification des espaces selon nos objectifs et préconisations de gestion. Par exemple, il est possible de mettre en place 3 classes allant de la zone en gestion intensive à la gestion naturelle.
    La technique la plus adaptée aux contextes, objectifs et moyens est à choisir.

 

4 - Former

Afin de mettre en place les pratiques préconisées dans le plan de gestion, il est important de s’assurer que l’équipe technique est en possession de toutes les connaissances et compétences nécessaires. Des formations techniques doivent donc être envisagées.

5 - Suivre et observer

Il ne faut pas oublier que l’un des principaux objectifs de la gestion différenciée est de diversifier la faune et la flore des espaces gérés. En observant et en suivant les sites, il est possible de voir si les actions mises en place permettent ou non de remplir les objectifs fixé.

Le plan de gestion est d’autant plus important qu’il permet de fixer à un instant “t” les actions à mener en fonction des objectifs choisis. Ce document devient une référence et permettra d’évaluer les actions menées et de les faire évoluer en cas de besoin.

En observant et en suivant les sites, il est possible de s’apercevoir que les actions mises en place ne permettent pas de remplir les objectifs fixés. Il sera alors toujours possible de les réajuster.

Il ne faut pas oublier que l’un des principaux objectifs de la gestion différenciée est de diversifier la faune et la flore des espaces gérés.
Il est donc important non seulement de pouvoir évaluer la qualité paysagère des espaces mais également de suivre l’évolution de la faune et de la flore.
C’est ici que se pose la question des compétences nécessaires à ce suivi. Il sera généralement indispensable de former le personnel afin qu’il soit à même de répérer les évolutions principales des habitats (apparition de nouvelles espèces, modification notable de la composition floristique,...). Pour les suivis plus précis, si la collectivité ne dispose pas en interne des compétences requises, elle peut faire appel à une association locale ou missionner un bureau d’étude pour des inventaires réguliers.
Des protocoles de suivis participatifs à destination des gestionnaires existent à ce jour pour suivre l'impact de la gestion des espaces verts sur la biodiversité. Il s'agit des protocoles PROPAGE (PRotocole PApillons GEstionnaires) et Florilèges prairies urbaines.
http://www.vigienature.mnhn.fr/page/gestionnaires-despaces
Nord Nature Chico Mendès (relais régional de ces programmes) peut former les techniciens à la mise en place des programmes et à la reconnaissance des espèces